Suivez-nous sur Facebook

Syame et Lex, les deux jeunes Lynx relâchés

Publié dans : Relâchers le 14 juin 2011

Repérés en détresse en novembre et décembre 2010 et capturés dans l’urgence, ces jeunes lynx issus de deux fratries différentes étaient orphelins suite au probable braconnage de leurs mères respectives. Ils ont été élevés durant 6 mois conformément au protocole d’élevage élaboré par le Centre et en applicaiton duquel Morissette et Fario ont été réinsérés avec succès en 2008 et 2009.

A l’issue d’une consultation organisée par la DREAL Franche-Comté (5500 avis exprimés : 95% favorables au relâcher, 4% d’opposants, 1% sans opinion), et après avis favorable du CNPN (Conseil National de Protection de la Nature) le Ministère de l’Ecologie a accordé l’autorisation de relâcher pour ces deux individus.

Ils ont été remis en liberté le 13 juin : Syame sur la commune des Molunes et Lex sur la commune de Choux. Équipés de colliers avec balises Argos/GPS et balise VHF, ils seront suivis durant une année grâce à un partenariat d’ATHENAS avec l’IRD et le CNRS, ainsi que le soutien financier de l’Etat (achat des balises), de la région de Franche-Comté (aide au suivi) et de l’UFCS (avance de trésorerie). Entouré de précautions et de confidentialité afin d’éviter les actes violents d’extrémistes, le double lâcher a été effectué en présence de représentants de la DREAL, de la DDT, de l’ONCFS et de la gendarmerie.

Après un ultime check-up, un déparasitage, la pose d’un transpondeur (puce) et d’un collier portant balise Argos/GPS et balise VHF, les deux lynx subadultes ont été transportés séparément sur leur site respectif de remise en liberté.

Si le tempérament volcanique de Syam n’a pas été démenti par son démarrage en flèche dès ouverture de la porte, Lex, plus inhibé, a mis quelques minutes avant de se décider à quitter sa caisse de transport. Longue vie à ces deux individus qui espérons-le, parviendront à l’âge adulte afin de compenser partiellement les braconnages survenus durant l’automne/hiver 2010.

Merci à toutes les personnes ayant pris position pour ces relâchers, affirmant ainsi haut et fort une réalité : l’écrasante majorité de nos contemporains est favorable à la conservation du lynx et plus globalement à une vision de la biodiversité très éloignée de cette conception archaïque et quasi biblique fondée sur l’exploitation et la domination de toute espèce.

Bémol à notre soulagement : le veto de circonstance au relâcher d’une ourse dans les Pyrénées, qui témoigne de l’extrême difficulté de faire valoir l’intérêt général face à certains intérêts particuliers.


Il n’y a pas encore de commentaire publié.

Laisser un commentaire

Connexion compte client
Veuillez indiquer votre nom d'utilisateur et votre mot de passe