Suivez-nous sur Facebook

LYNX dans le Massif du Jura : un état de conservation critique

Publié dans : Actus Diverses le 26 février 2016

Syame soufflerieA l’issue de l’année 2015 qui a vu se multiplier les interventions pour sauvetages de jeunes lynx orphelins, le Centre ATHENAS vient de rédiger une note (voir Pdf ci-dessous) à l’intention du Ministère de l’Ecologie.

Il en ressort un constat très alarmant pour la dernière population française de lynx boréal : en 6 mois, 25% des femelles adultes du Doubs et du Jura ont disparu (une seule par collision routière), ainsi que 80% de leurs jeunes. Ce sont au total 10 adultes et 16 jeunes au minimum qui ont disparu dans le plus grand silence entre le 10 septembre et le 31 décembre. Ceci est plus de 2 fois supérieur à la mortalité habituellement constatée (à ne pas confondre avec la mortalité naturelle) pour l’espèce.

A ce rythme, en 10 années, il restera moins de 5 individus sur le Massif, et plus un seul jeune en mesure d’atteindre l’âge adulte. C’est exactement ce qu’il s’est passé dans les Vosges.

Plus personne ne pourra dire que nous ne l’avons pas vu venir.

Nous avons été qualifiés d’alarmistes, d’extrémistes, de menteurs, avant de pouvoir faire admettre la réalité du braconnage du lynx (affaire Simplet aux Molunes, jeune lynx trouvé mort dans une poubelle de la Savine avec un trou dans la tête, femelle de Granges de Ladoye notamment). Nous lançons aujourd’hui un appel aux pouvoirs publics : si rien n’est fait, dans 5 à 10 ans la population de lynx boréal du Massif jurassien (la dernière viable de France) aura disparu ou presque.

Nous demandons des moyens d’action pour la conservation de l’espèce et la lutte contre le braconnage.


46 Commentaires pour : LYNX dans le Massif du Jura : un état de conservation critique
    • GRAFF
    • 26 février 2016
    Répondre

    je ne pense pas qu’il n’ y ait que le braconnage en cause quant à aux disparitions inquiétantes des lynx du Doubs ; ayant moi-même pratiquée la chasse du grand gibier, sans aucune accusation de ma part, je pense que sachant que le lynx reste un grand « prédateur » sur le chevreuil (même si l’espèce fait partie de son alimentation), beaucoup de chasseurs voyant leur territoire en « sous-effectif » constaté de chevreuils, certains auraient pu tenter de régler leur problème d’eux-mêmes , par les armes ou par empoisonnement … je ne fais aucune délation, mais c’est pourrait expliquer pourquoi aucun cadavre n’a pu être retrouvé.

    • Répondre

      Réponse à Graffmarie58 : Je ne comprends pas votre première phrase… tuer illégalement une espèce protégée, c’est bien du braconnage, non ? Quelle qu’en soit la raison.

      • BOUJU
      • 26 février 2016
      Répondre

      Monsieur, j’ai 30 ans et j’ai chasser de 18 à 22 ou 23 ans, et je suis maintenant devenu quasi anti chasse.

      Certe le lynx est un prédateur pour le chevreuil, mais son territoire de chasse s’étend sur combien d’hectare?? Es ce qu’une poignée de Lynx peu faire baisser de façon significative une population de chevreuil???
      A l’époque ou je chassais , le Doubs était l’un des départements Français ou les chasseurs tuaient le plus de chevreuils (presque 10 000 /saison) et déjà à l’époque je commencais à entendre parler de « vouloir » réguler la population de Lynx.

      Ne serait t’il pas un peu plus intelligent d’attribuer légèrement moins de bracelet de chevreuil aux chasseurs et de préserver la population de Lynx??

      • Répondre

        Bien sûr William, nous souhaiterions que davantage de chasseurs aient votre clairvoyance. Je peux vous donner l’exemple du Jura où le plan de chasse chevreuils est de l’ordre 6000/an, et où la prédation du lynx (à raison d’une quarantaine d’adultes consommant un chevreuil/semaine) est d’environ 2000/an, sans oublier la part des voitures, estimée à 4000/an. Tout ça cumulé n’empêche pas le chevreuil de se maintenir ou d’augmenter. On se demande alors où est le problème ?? Il semble bien être juste culturel… Pour ce qui est du territoire d’un lynx, il est d’environ 150km² pour une femelle et de 350km² ou plus pour un mâle. Plus que le territoire de bien des ACCA qui consomment davantage… Merci pour votre commentaire.

        • desbiolles
        • 3 mars 2016
        Répondre

        Raisonnement très sensé. Je suis entièrement d’accord avec vous

      • Denise
      • 26 février 2016
      Répondre

      Vous devriez dénoncer les coupables si vous les connaissez ,car il s’agit bien de braconnage , et sur une espèce en voie de disparition ! Le ton de votre commentaire est insupportable, sous-entendant que les espaces naturels appartiendraient aux chasseurs. Cela me met dans une profonde colère ! Une rage ! Ce « plaisir » de certains de considérer les espaces déjà de moins en moins naturels comme leurs grands parcs à gibier élevés souvent et où le pauvre reste de vraie nature est à éliminer est ABOMINABLE !!! Les parkings de chasse remplis de canettes de bière montre bien la mentalité de la plupart qui traitent la nature en poubelle. C’est à vomir …

  1. Répondre

    Votre message est urgent et il est nécessaire d’agir !
    C’est comme le loup , personne au gouvernement ne s’en préoccupe et pourtant le lynx (comme le loup) est classé  » espèce en voie de disparition par l’UICN français . Le lynx est classé EN ( en danger ) mais cela n’impacte pas sur la nécessité d’agir pour sauver l’espèce malheureusement ! Il n’y a que le business qui compte !
    Pensez-vous vraiment qu’ils vont réagir ?

    • Répondre

      C’est pire que le loup car les effectifs du lynx sont moins élevés de même que son taux de reproduction. Pour la réaction, nous verrons…

    • BOUJU
    • 26 février 2016
    Répondre

    PS :concernant la disparition du Lynx dans les Vosges, j’ai vu récemment sur les réseaux socio, une photo d’un Lynx qui aurait été photographier dans les Vosges.

    • Répondre

      Réponse à William BOUJU : C’est une hoax : un grossier montage Photoshop avec …un lynx canadien, très reconnaissable.

    • guinamant
    • 26 février 2016
    Répondre

    qu’est ce qu’on peut faire ?

    • Répondre

      Réponse à Laurence Guinaman : Demandez à vos élus de se prononcer. Aidez nous à continuer en soutenant notre action

  2. Répondre

    Les différents gouvernements sont entièrement responsables de cet état. Nous allons perdre le lynx et l’ours, flinguer le loup malgré leurs statut de protection, totalement hypocrites.
    Et après, l’état français ose donner des leçons d’écologie à d’autres pays…

    • DUCLOS
    • 26 février 2016
    Répondre

    Pourquoi ne pas lancer une pétition pour alerter l’opinion public à la protection du lynx sur un site influant : Change .org ???

    • Répondre

      Il y a déjà eu des pétitions, avec le résultat que l’on connait. Pas grand chose sinon la satisfaction de l’avoir signée. Ce qu’il faut, c’est questionner vos élus, écrire au Ministère, ET nous donner les moyens de continuer nos actions.

    • Klein Michel
    • 26 février 2016
    Répondre

    Ce qui me trouble c’est qu’un ancien chasseur de la région , qui normalement est mieux informé que moi a l’air de considérer que les chasseurs actuels ( braconnage) n’y sont pour rien . Est ce que je comprends bien ?

    • Denise
    • 26 février 2016
    Répondre

    Je rappelle qu’un ancien chasseur m’a dit qu’un des leurs se vantait de nombreux braconnages de lynx notamment . Zone du Haut-Doubs entre Arc sous Cicon et Montbenoît…
    Il y a une sorte d’omerta sur cela dans le monde des chasseurs même si tous ne sont pas des braconniers.
    Les chasseurs prennent comme prétexte à leur loisir la régulation et quand il y a des prédateurs pour cela, ils ne le supportent pas . Cherchez l’erreur ! La mauvaise foi !

    • inadmissible
    • 27 février 2016
    Répondre

    Tout vient de la grande ouverture d’esprit de certains !
    Tuer tuer tuer…

    • gris
    • 27 février 2016
    Répondre

    Bonjour,

    Comme d’habitude, la cruauté des hommes n’a pas de limite ni leur absence de courage non plus…. Bientôt plus de Lynx… Bientôt plus d’Hommes…..

    • sanvido
    • 27 février 2016
    Répondre

    A partir du moment ou l ‘ Etat avec un grand E, ne respecte pas les accords internationaux qu’il a signé, sur la protection de faune sauvage et qu’il est sous la coupe des lobbies de la chasse et du monde agricole ou de l’élevage, la messe est dite.
    Cela donne un sentiment de toute puissance aux lobbies et le signe pour les esprits faibles qu’ils disposent à leur guise de la Nature.

    Ils vont donc perpétuer la tradition séculaire de destruction de ce qui gêne avec la benediction tacite des autorités , comme par le passé le clergé avait ostracise le loup et tous les prédateurs considérés comme des bêtes malfaisantes.
    C’est lamentable.

    • Marc-Al.
    • 27 février 2016
    Répondre

    Ça n’empêchera pas des fumiers de tirer des coups de fusil ni des automobilistes d’accélérer en voyant nos lynx, mais je viens de rajouter quelques écus dans la cagnotte. Les dons, c’est le minimum qu’on peut faire.
    Premiers d’une longue série.

  3. Pingback: Lynx du Jura : braconnage et risque de disparition | La Franche-Comté déchiffrée

    • Mémé Ninette
    • 27 février 2016
    Répondre

    Je suis tout à fait d’ accord, oh! combien d’ accord!!!, avec tous les êtres sensés et si dévoués qui se préoccupent avec raison de la menace de disparition du LYNX de notre région…
    Je connais MADAME LA PRESIDENTE DE REGION BOURGOGNE FRANCHE COMTE et je vais lui adresser un petit courrier. Peut-être serait-il bon que ATHENAS le fasse aussi ?
    Je pense qu’ une grande Association de défense des Animaux Sauvages, comme http://WWW.F par exemple,pourrait également prendre ce problème en considération … qu’ en pensez-vous?
    J’ adresse, du fond du coeur, un immense BRAVO à Gilles et à toute son équipe !!

    • Répondre

      Ce qu’il faut c’est des moyens d’action à la hauteur du problème pour les acteurs locaux : nous pour les actions de sauvegarde, l’ONCFS pour la lutte contre le braconnage. Bien sur que le soutien d’associations est important, mais il faut la connaissance du terrain et les solutions. Nous avons tout ça, ne manquent que les moyens.

    • garriock
    • 28 février 2016
    Répondre

    j’ai entendu récemment une conversation de chasseurs, qui disaient qu’ils s’étaient mis d’accord entre eux et qu’en cas de rencontre avec un Lynx ils le tueraient… Ces …… se vantaient aussi d’avoir tué un bon nombre de rapaces, tout en étant conscients que ces oiseaux sont protégés. Alors pas grand chose à faire malheureusement. Je déteste les chasseurs.

    • Répondre

      Il est important dans ces cas là, de tout noter, et de nous rapporter l’info au plus vite, ainsi qu’à l’ONCFS. Ce n’est qu’en le faisant savoir et en faisant en sorte que des enquêtes soient menées qu’on progressera.

      • Marc-Al.
      • 29 février 2016
      Répondre

      Si c’est vrai, pourquoi ne pas les dénoncer aux autorités compétentes, ces gens là? Ils ne méritent ni considération ni respect, et je suis soft dans mes propos.
      Je ne suis pas chasseur mais je pense qu’il ne faut pas tous les mettre dans le même sac et que ceux que vous avez entendu méritent d’être dénoncer. C’est même le minimum, et ils ont de la chance que ce ne soit pas moi qui les entendu.

    • Mickaël
    • 29 février 2016
    Répondre

    Bonjour,

    je souhaite agir. Que pouvons-nous faire ? Que pensez-vous d’équiper tout les Lynx restant d’une puce GPS ainsi même tuer par des assassins on pourra les retrouver.

    Mickaël.

    • Répondre

      C’est un peu compliqué,lourd à gérer et surtout pas forcément dissuasif, car il y a des précédents de destruction de lynx équipés. A notre avis ce qu’il faut, c’est éducation, prise de parole et dénonciation des actes illégaux (avec lieu, dates, personnes), et répression.

    • Oriolus
    • 29 février 2016
    Répondre

    Bonjour,

    Je soutiens du fond du coeur votre action. Il ne faut pas s’étonner que les chasseurs suscitent autant de réactions quand certains d’entre eux s’illustrent par leur lâcheté et leur bêtise. Surtout que chasser moins de gibier ne va pas les faire mourir de faim hein, juste les frustrer dans leurs pulsions. Peut-être serait utile de faire de la prévention directement auprès des clubs de chasse et des populations du Jura, en expliquant aux personnes où ils peuvent s’adresser pour dénoncer ces actes illégaux ?

    Bon courage et bravo

    • milou
    • 29 février 2016
    Répondre

    Arrêtez svp de tout mettre sur le dos des chasseurs, la fédération de chasse à d’ailleurs mis en place un réseau lynx.Certes le lynx n’est pas apprécié par tout le monde mais de là à mettre toutes ces disparitions sur leurs dos est un peu facile( vous si vous n’aimez pas quelqu’un vous n’allez pas forcément la tuer parce qu’elle vous dérange, et bien les chasseurs c’est pareil, le lynx dérange certainement des personnes mais c’est pas pour autant qu’ils vont le tuer).Et le lynx est un animal très méfiant,je pense que peut de chasseurs ont déjà pû en observer pendant une partie de chasse. Après c’est très facile de tout mettre sur notre dos donc continuer comme ça, c’est comme ça que vous avancerez dans votre réflexion.a bon entendeur

    • Répondre

      Milou, vous vous trompez :
      – Le réseau lynx a été mis en place et est piloté par l’Etat.
      – A aucun moment dans cet article nous n’avons mis en cause la Fédération des chasseurs. Nous nous en prenons aux braconniers, point final. Que certains se sentent visés est bien normal, il est plus facile de tuer un lynx avec une arme de chasse qu’avec des jumelles ou un vélo.
      – Nier les destructions, c’est porter plus tard la responsabilité d’une possible nouvelle disparition du lynx, comme dans les Vosges.
      – Notre préoccupation est la conservation de cette espèce (et d’autres) pour l’Intérêt général. Nous ne défendons pas des intérêts catégoriels ou privés.
      Cela étant dit, bravo à vous si vous pensez que le lynx a sa place, c’est une attitude responsable. Parlez-en autour de vous et faites des émules.

    • Chaler
    • 1 mars 2016
    Répondre

    Ne seraient-ils pas protégés par les politiques ces braconniers ??? Ségolène Royal a bien fait tuer des loups, des bouquetins & ce qui n’a n’a pas été dit ??? Dommage, j’habite en banlieue parisienne, je ne peux donc voir ce qui se passe en province. J’espère que bon nombre de gens vont se motiver afin d’enrayer ce massacre, qui est une catastrophe pour la conservation de la faune sauvage qui fait partie de notre vie !!

    • Répondre

      Chaler, sans parler de protection des braconniers (rien ne permet de le dire), c’est juste du laisser-faire faute de moyens adaptés de lutte.
      Ici nous parlons de braconnage, les tirs « légaux » (mais en infraction avec la réglementation europénne) de loups sont un autre problème, avec des enjeux différents.

    • MoiMoi
    • 1 mars 2016
    Répondre

    L’ONCFS reconnait-il l’étrangeté de la surmortalité et ses éventuels impacts sur la démographie ? Le lynx est étudié, suivi à la trace, GPS, identification par taches du pelage, centaines de pièges photo dans toutes nos forêts depuis des lustres et…. c’est le Centre Athénas qui tire la sonnette d’alarme ? Les services administratifs seraient-ils cachotiers ? Pourquoi ne s’associent-ils pas à vos conclusions sur les risques encourus par le lynx ?

    • Répondre

      Peut-être ont-ils pour consigne de ne pas s’exprimer pour l’instant. Nous avons lancé l’alerte il y a déjà 3 mois auprès des services, et la rendons davantage publique maintenant. Néanmoins, le constat est partagé et cela sera visible dans le prochain bulletin du réseau lynx où un article commun Athénas/Oncfs exprimera les mêmes inquiétudes. Seules les personnes de mauvaise foi peuvent encore nier qu’il y ait problème, et il est probable que cela se retourne un jour contre elles.

    • farine martial
    • 2 mars 2016
    Répondre

    il semble qu’en Suisse, la densité est stable, mais vers les points hauts. comme l’espèce est très mobile, les lynx Suisse, lorsqu’ils auront moins de proies à disposition se déplaceront sur la « façade » française du massif.

    et voici un lien, il permet également de trouver tous les rapports dans les autres secteurs du Jura Suisse, où la situation n’est pas alarmante !http://www.kora.ch/fileadmin/file_sharing/5_Bibliothek/52_KORA_Publikationen/520_KORA_Berichte/KORA_Bericht_69_F.pdf

    • Répondre

      On peut qualifier le loup de très mobile, mais pas le lynx. Territorial, il exploite son domaine tout au long de l’année, en changeant de domaine vital saisonnier à l’intérieur de son territoire. Il n’est pas exact de dire qu’il « vide » un milieu avant d’aller exploiter un territoire inconnu.
      Pour le Jura suisse, il ressort du suivi quasi exhaustif du Kora que 18 individus « permanents » occupent l’autre versant du Massif. C’est peu pour espérer compenser les mortalités côté français, surtout que le braconnage existe aussi en Suisse (une femelle à Bière en 2015) et que l’état fédéral sous la pression des chasseurs, a mis en place des dispositions réglementaires permettant le tir de régulation du lynx (comme le loup en France).

  4. Répondre

    Il faut savoir une chose: une espèce prédatrice ne mettra jamais en péril la population de ses proies ,pas comme l’être « humain » ou plutôt inhumain devrais-je dire .
    Je m’étonne quand même qu’il n’y ait pas plus de chasseurs qui réagissent suite à toutes ses accusations ,moi si on m’accusait alors que je n’ai rien à me reprocher ,je me défendrais .
    C’est vrai qu’il y a malheureusement une Omertas dans ce milieu là ,mais les chasseurs ne sont pas tous des Braconniers fort heureusement .
    Ce qu’il faut faire ,c’est occuper le plus possible le terrain régulièrement à tout moment de la journée afin de déranger ces hors la loi …

    • Répondre

      Nico, nous dénonçons le braconnage et s’il est vrai que posséder une arme et se promener dans les bois pour tuer du gibier rend plus facile le tir illégal de lynx, nous ne pratiquons pas l’amalgame et n’incriminons pas l’ensemble des chasseurs. Du coup, il serait logique que leurs instances dirigeantes abondent dans notre sens. Mais pour l’instant, elles nient le braconnage.
      Pour ce qui est d’occuper le terrain, oui, c’est ce que nous avons prévu de faire, afin de rétablir des vérités et casser une image négative du lynx, ainsi qu’inciter les gens à parler.

    • Nucleon
    • 7 mars 2016
    Répondre

    Il y a, à un peu plus d’une dizaine d’années, en formation pour des études concernant l’environnement et son aménagement, J’étais l’un des rare à ne pas être chasseur.
    Sur une trentaine d’élèves juste pour ma classe, à part 2 filles, 2 autres garçon et moi même, tous étaient chasseurs. Jeunes et chasseurs, donc des gens qui se vantent facilement de leurs.
    Des récits de plombage de mésanges et d’hirondelles j’en ai m’a dose, mais le plus choquant c’est justement, qu’à plusieurs reprise je les ai entendu parlé du « Problème du Lynx » car vraiment pour eux, c’était ça : un « Problème », et ce problème il fallait l’éradiquer. Ils se vantaient donc entre eux de tirer les lynx et d’avoir la méthode infaillible pour être sûr que la carcasse ne soit jamais retrouvée… Et ceux qui disaient n’avoir jamais eu l’occasion d’en tuer écoutaient les autres et les regardaient avec beaucoup d’admiration..
    Alors certes c’était des ados, et à cet age on parle plus que l’on agit. Toutes fois leurs convictions étaient bien là : « Un lynx, faut le buter, c’est de la concurrence, et il faut faire en sorte qu’on ne puisse pas le retrouver » et ça, ça ne s’invente pas de telles idées dans la tête d’un gamin, ça veut dire que ce sont des adultes qui leur ont inculqué. Ce sont les parents chasseurs qui ont appris à leurs fils a haïr le Lynx.

    Le problème du braconnage du Lynx est bien réel, et hélas ne date pas d’aujourd’hui =/

    • JACQUEMARD Alain
    • 9 mars 2016
    Répondre

    Je confirme le commentaire de la précédente personne !
    Lorsque je travaillais dans le massif vosgien , entre Epinal et Remiremont 88 ,
    les propos de certains chasseurs vers les années 1998-2000 étaient les suivants :
    lors d’une chasse en battue ou bien à l’approche , si vous observez un Lynx , la conduite à tenir est la suivante :
    On tire , on tue , on enterre et on ne dit rien !
    Je pense que c’est la triste réalité , sachant que les zones ou le relief est quasi plat , les animaux n’ont aucune chance , comme les chats forestiers ! et les loups également .

    • JOURNOT Samuel
    • 16 mars 2016
    Répondre

    Je suis de temps à autre ce site car bien qu’étant chasseur à l’arc, je suis un vrai passionné de la faune et de la flore de mon Haut DOUBS natal. Je déplore ces statistiques alarmantes au sujet du lynx. J’ai eu le grand bonheur de croiser Un loup dans le Devoluy en 2014 lors d’un séjour de chasse a l’arc au mouflon et au chamois. Je suis revenu bredouille de gibier, mais pas de cette rencontre gravée à jamais dans ma tête. Je suis chagriné pour le moins que les amalgames soient aussi de mise. On ne doit pas dire chasseur pour bravo et vice et versa. Tous les Allemands n’étaient pas nazis, tous les russes ne sont pas des bolcheviks assoiffés de sang, tous les ricains ne sont pas des suppos du Klu-Klux-Klan…. Bref, ne mettez pas tous les gens dans le même sac! Nos fédérations de chasseurs (Doubs et Jura) travaillent pour l’intérêt général et si elles n’accusent pas les actes de braconnage potentiels c’est parce qu’ils ne sont pas caractérisés à ce jour. Pour autant ces deux organismes se portent partie civile contre tout acte délictueux de braconnage ou de destruction de la nature.
    Qu’il existe des pourris chez les chasseurs (comme dans toute couche de la population car les chasseurs ne sont qu’un échantillonnage parmi tant d’autres) c’est certain. Mais cela ne laisse pas le droit de vilipender la plus grande partie qui, comme moi, respectons la loi. Je n’ai encore jamais eu l’occasion de voir un lynx, je ne désespère pas, ce serait un très beau jour dans ma vie de citoyen.
    Et que vive le lynx sur nos montagnes.

    • Répondre

      Bravo pour votre respect de toute la faune, Samuel JOURNOT. Pour le reste, cherchez bien dans l’article, vous ne trouverez aucun amalgame. Nous nous en prenons aux braconniers, et vous ne trouverez aucune mise en cause des Fédérations de chasseurs dans cet article. Juste un constat inquiétant. D’ailleurs, nous disons haut et fort que les chauffards, même lorsqu’ils sont nombreux, ne représentent pas l’ensemble des automobilistes. En revanche, pourquoi les Fédérations réagissent-elles aussi fort à ce constat ? Nier un problème ne l’empêche pas d’exister. Concernant l’intérêt général, il serait souhaitable par exemple que la FDC39 accepte aussi la prise en charge financière par SAGIR des cadavres de lynx trouvés par nous plutôt que de les considérer a priori comme d’origine suspecte. Une démarche constructive permettrait d’avancer.

    • JOURNOT Samuel
    • 17 mars 2016
    Répondre

    Bonjour,
    Pour être plus constructif, il est indispensable que les contacts de part et d’autre soient dénués de toute arrière pensée. Mais il n’y a que les montagnes qui ne peuvent pas se rencontrer, je suis convaincu que beaucoup de choses ont évolué et que de part et d’autre, il existe de tres bonnes volontés qui peuvent permettre d’avoir un échange plus pertinent et je garde foi en l’avenir. Je rejoins le point de vue de Nicolas HULOT et Yann ARTUS BERTRAND: « il est trop tard pour faire du catastrophisme, nous devons agir. » Étant constructeur de maisons individuelles, je me suis dors et déjà penché sur cette philosophie et propose d’avantage de maisons passives et à énergies positives. (Là encore les constructeurs ne sont pas tous que des « bétonneurs d’espaces verts ») L’éthique cela demeure une vertu très personnelle.
    Pour les amalgames, je m’excuse de m’être mal expliqué: Je faisais écho à certaines réactions haineuses que nous entendons malheureusement trop quand le monde de la chasse est cité. J’estime, en tant que citoyen, agir dans le respect des lois. Je ne cherche jamais à convaincre les autres de faire les choses comme je les fais (y compris mes deux enfants) chacun doit garder son libre arbitre et le respect à autrui… La société et l’environnement s’en porterait nettement mieux car toutes les réactions d’austracisme demeurent le cancer de notre société et c’est le révélateur de l’absence de notre capacité à vivre ensemble.
    Petite question: existe t-il des études relatives au chat sauvage, je constate qu’il réapparaît sur certains secteurs où il avait disparu. Je le rencontre de plus en plus souvent lors de mes sorties (c’est un vrai régal pour les yeux de pouvoir revoir sa démarche chaloupée dans nos campagnes!) comme quoi, tout n’est pas complètement pourri.

    • claude gautier
    • 17 mars 2016
    Répondre

    Les réactions choquées des « bons chasseurs » me laissent perplexes …
    Les fédérations de chasseurs sont évidemment complices du « braconnage » des grands prédateurs qui, en réalité, fait partie intégrante de la tradition de la chasse qu’elles défendent. Si ce n’était pas le cas, elles multiplieraient les postes de garde fédé pour réprimer le braconnage, sanctionneraient les ACCA concernées et épauleraient concrètement l’ONCFS sur le terrain où les agents doivent se trouver bien seuls face aux braconniers et à la complicité des élus. On pourrait attendre d’elles a minima des interventions au sein des ACCA en terme d’éducation à la citoyenneté et à la connaissance de la faune sauvage …

Laisser un commentaire

Connexion compte client
Veuillez indiquer votre nom d'utilisateur et votre mot de passe