PUISQU’IL FAUT REDIRE LES CHOSES

Publié dans : Actus Diverses le 20 février 2021

Les courbes décrivant l’évolution de l’aire de présence du lynx boréal, élaborées par l’ONCFS/OFB ces dernières années, bien que présentant des valeurs différentes d’un graphique à l’autre (près de 1000km² de plus annoncés pour la même année2012 !?) convergent cependant sur un point : de 2012 à 2016, l’aire de présence du lynx n’a cessé de décroitre, avant de revenir en 2018 au niveau de 2012.   En clair, cela veut dire déclin/stagnation, c’est à dire que depuis 2012, la population du lynx boréal n’a pas augmenté. C’est ce qui a motivé d’ailleurs son classement par l’UICN France comme espèce en danger d’extinction (EN)  dans la liste rouge des vertébrés.

La France a ratifié la Convention de Berne, et  à ce titre doit garantir pour le lynx un bon état de conservation, faute de quoi elle s’expose à payer des pénalités à l’Europe.

Est-ce pour cette raison que les courbes évoluent a posteriori en se bonifiant comme un vieux vin, et que les propos (qui ont fait bondir toute les communauté naturaliste et associative) faisant état de saturation du Massif ne sont pas démenties par l’établissement ?

Nous espérons nous tromper et attendons la réponse…..

Graphique 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

Graphique 2019


6 Commentaires pour : PUISQU’IL FAUT REDIRE LES CHOSES
    • Bouteiller
    • 21 février 2021
    Répondre

    Bonjour Ne faut-il pas faire de la petite reproduction à l’occasIon de vos hébergements de lynx blessés
    Il faut parfois le coup de pouce pour ne pas que cette espèce soit en voie d’extinction Il faut Peut-être oser pour sauver une espèce comme le lynx
    Est-ce envisageable ? Merci pour votre réponse
    Courage

    • Répondre

      Bonjour, pas si simple pour plusieurs raisons : réglementairement, c’est une démarche différente du « simple » relâcher d’individu soigné/réhabilité, ensuite, il est primordial de garantir de bonnes conditions d’accueil à des individus issus d’un renforcement de population, tant sur le plan de l’acceptation sociale (communication, répression efficace du braconnage -on n’y est pas..) que de la fonctionalité des milieux (ruptures de continuité, ressource alimentaire, autres usages). Il faut donc résoudre un certain nombre de problèmes sinon cela ne sert à rien.

    • Jean-Michel
    • 21 février 2021
    Répondre

    Tant que nous aurons un gouvernement anti écologie et qui est soumis aux lobbies des chasseurs, fnsea , syndicats des éleveurs, agriculteurs qui s’evertuent à anéantir toutes vies sauvages, les populations de lynx, loups, ours et autres stagneront et risquent de disparaître. Continuons à nous battre pour ces merveilles de la nature.

    • DUCRET Pierre
    • 21 février 2021
    Répondre

    Qui de plus sourd que celui qui ne veut rien entendre ??? Malheureusement il faut beaucoup de temps pour que certaines choses changent (surtout dans le bon sens) mais nous nous devons d’insister pour le bien et la survie de notre faune sauvage. Il est bon de se faire entendre peut-être en criant fort … pour les sourds !

    • serge Toscan-Chiaramonti
    • 21 février 2021
    Répondre

    Tout à fait d’accord avec Jean-Michel.Le lynx et autres reprendront leur droit.Ce n’est qu’une question de temps.Mais en attendant …comme dit Jean-Michel continuons le combat.

    • Mireille BUXTON
    • 23 février 2021
    Répondre

    Bonjour à vous les courageux,
    Je suis bien avec vous pour tant de déconvenance et de duperie comme précise Jean Michel; tant que nous aurons un gouvernement semblant être au côté des intouchables, gardant le cap de l’ignorance de toute formes d’existances , il sera bien difficile d’avancer dans le bon sens!

Reply to DUCRET Pierre. cancel

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Connexion compte client
Veuillez indiquer votre nom d'utilisateur et votre mot de passe