Consultation pour le PNA lynx, l’avis du Centre Athénas

Attendu depuis des années, un Plan National d’Action pourrait être une bonne nouvelle pour l’espèce sauf que comme pressenti dès sa mise en chantier, de nombreuses attentes sont déçues.

Voici des éléments d’argumentaire pour intervenir dans la consultation relative au Plan National d’Action en faveur du lynx boréal.

Nous vous invitons à en prendre connaissance et a les utiliser en rédigeant votre propre avis, sans faire un copier-coller.

Il est important de vous mobiliser et de donner un avis pour faire en sorte que ce Plan d’Action soit modifié et bénéficie vraiment aux lynx.


Présentation de l’espèce, enjeux, menaces

  • Aucune mention faite du phénomène des jeunes lynx orphelins, qui concerne plus de 78 jeunes de 1989 à 2021, et qui est révélateur de surmortalité d’adultes (destruction illégale de femelles).
  • Sous-estimation de l’impact des collisions routières et des tirs non létaux dans les modifications de comportements de certains lynx (report de prédation sur animaux domestiques en raison de handicaps)
  • La responsabilité de l’agrainage de sangliers (multiplication de la population) n’est pas évoquée dans les causes de sur-prédation ponctuelle (lynx contraint d’abandonner une proie pour la laisser aux sangliers).
  • Acceptation de l’espèce : la population favorable aux grands prédateurs et particulièrement au lynx, est présentée comme majoritairement urbaine et « bobo ». C’est en contradiction avec les résultats de plusieurs consultations portant sur des relâchers de lynx par nous, et où 87% des personnes s’exprimant étaient des locaux très majoritairement favorables au lynx (90%).

Actions prévues

  • Pas de remplacement envisagé des lynx braconnés
  • Pas d’étude réelle et actualisée prévue sur le dérangement de l’espèce : chasse (9 mois par an) et autres activités de plein air, impact du développement de l’activité de photo nature, des manipulations de proies, et des dérangements sur zones refuge.
  • Suivi de l’espèce inadapté : le suivi exclusivement par l’aire de présence donne une image incomplète et biaisée du statut de conservation de l’espèce (exemple ; disparition dans les Vosges non décelée en 2010), il faut dénombrer les individus.
  • Majorité des moyens mis sur le financement d’une étude sociologique menée par la Fédération des Chasseurs et sur le financement d’un établissement public (CEREMA) pour des études non prioritaires (modélisation pour des aménagements sur grandes infrastructures).
  • Pas de financement explicitement dédié à la prise en charge (capture soins, relâcher) d’individus blessés. En revanche financements prévus pour des réunions visant à faire intervenir dans le processus de décision des personnes ou organismes non qualifiés.

Attitude non équitable de l’État

  • Mise à l’écart du Centre Athénas du pilotage de l’action « prise en charge de lynx en difficulté ». Remise en cause de son expertise (volonté de redéfinir les critères de prise en charge). Mise à l’écart des opérations de suivi de l’espèce (alors que nous sommes les seuls à pratiquer le suivi GPS de l’espèce en France depuis de nombreuses années). Mise à l’écart du suivi génétique alors que nous y travaillons depuis 2016.
  • Place surdimensionnée donnée aux chasseurs (financements, pilotage d’actions), et aucune suite donnée aux demandes associatives (SFEPM notamment) de participer au pilotage d’actions (excepté pour la communication).
  • Fautes de gouvernance, avec décisions prises hors Comité de pilotage.

Le lien vers la consultation publique pour déposer votre avis, n’oubliez pas, ne faites pas comme les chasseurs : pas de copier-coller.


L’avis complet de l’association déposé sur le site de la consultation publique

Thumbnail

Article précédent OUHNA, 22ème lynx relâché par le Centre Athénas